glaseralphaLes relations entre le graphisme et le livre pour enfants ne sont pas toujours aussi aisées qu'il y paraît. Et l'on peut croire, de temps à autres, que l'histoire du graphisme n'a que peu d'importance dans l'édition pour la jeunesse, ou encore que le graphisme dédié aux jeunes lecteurs ne serait qu'un pure invention. Et pourtant le lien sont nombreux et multiples.
En revenant sur notre petit tour d'horizon sur les alphabets, nous pouvons ainsi découvrir The Alphazeds de Milton et Shirley Glaser (paru chez
Miramax Books. Hyperion Books for Children. New York en 2003).

Milton Glaser, né en 1929 à New York est une grande figure du graphisme et de la typographie américaine. En 1955, Glaser fonde le studio de design Pushpin graphic. C'est dans ce studio de création, que Milton propose dès la fin des années 1960, le graphisme de l'album de Bob Dylan. Son travail tourne autour de la lettre et des images mentales, voir psychadélique de cette époque. Dans cet esprit, on peut naturellement penser à certains albums de Ruy Vidal et Harlin Quist. Un foisonnement de couleur, une typographie irréprochable (comme le type de caractères « Babyteeth »), des propos efficaces touchant souvent sur la place de l'homme dans la société. A partir de 1968, avec Clay Felker, Milton Glaser fonde le « New York Magazine », un journal portant sur l'art et la culture, qui étend son influence sur la scène graphique. Mais la rénommée de Milton Glaser, touche à tout de la création graphique, se fera surtout par des logos aujourd'hui devenus des incontournables, comme le I Love New York, emblème d'une certaine culture populaire aux Etats-Unis. Glaser poursuivra son travail aussi bien dans la décoration des restaurants, dans l'aménagement intérieur de grands magasins ou dans les logos publicitaires de grandes marques.
glaseralphazeds_wordMilton Glaser ne semble pas devoir s'attacher à un style particulier et son travail est le plus souvent axé sur le mélange des cultures. Glaser s'approprie ainsi aussi bien les codes de la Renaissance italienne que les marques de la culture afro-américaine. Milton Glaser a pourtant réalisé très peu d'ouvrages pour enfants. Avec l'aide de sa femme, l'idée première de The Alphazeds est certainement de réintroduire les lecteurs au sein même de l'alphabet (et non pas de donner ici une nouvelle manière de traiter graphiquement les lettres). Dans cet ouvrage i
l utilise toute la double page comme une grande scène. Tout commence ainsi dans grande salle vide où, peu à peu, les lettres vont entrer en scène. Chaque lettre, dans cette salle, affirme ainsi un glaseralphazeds_b4wordcaractère et annonce sa personnalité (le B est timide, le K faché...). Dans ce vif échange entre les lettres, parfois même dans cette incompréhension, le problème est bien celui de la coexistence. Comment vivre ensemble, comment s'entendre malgré les différences. Les couleurs sont ici foisonnantes, les langages de différents niveau et souvent traités, graphiquement, à la manière d'une bande dessinée. A plusieurs reprises dans cet album on peut penser à Maurice Sendak ou à William Steig. Il reste que Milton et Shirley Glaser réussissent ici un belle performance, donner aux jeunes lecteurs une histoire dynamique et drôle, tout en leur donnant le goût de l'art typographique.

Sur Milton Glaser : http://www.pbs.org/now/arts/glaser.html
L'agence de MIlton Glaser : http://www.miltonglaser.com/
Entretien avec Milton Glaser : http://www.designboom.com/eng/interview/glaser.html