kingetoileDavid King, graphiste, collectionneur, ancien directeur artistique du Sunday Times, a ammassé durant près de quarante ans d'innombrables doucments, photographies, affiches, livres, journaux concernant l'époque bolchévique. C'est en chervant des photographies de Léon Trotski, dans les années 1970, que David King a commencé sa collection. Désormais ce sont plus de 250 000 documents recensés et une quantité incroyable de petits trésors qui témoignent tout autant des soulèvements de 1917, de la montée du stalinisme ou de la mort du petit père des peuple en 1953. La Tate Modern de Londres a exposé une sélection de cette collection en choississant près de 500 documents. On peut en découvrir une partie sur le site qui lui est consacré, http://www.davidkingcollection.com/. On peut également se procurrer une version française puisque Gallimard vient de publier l'ouvrage de David King, Sous le signe de l’étoile rouge, une histoire visuelle de l’Union soviétique. Outre l'histoire de la révolution russe, on croise ici de très nombreux artistes reconnus, comme Malevitch, El Lissitsky, Maïakovski, Popova ou Rodchentko. Car ce que montre bien cette exploration visuelle au coeur de l'URSS, c'est d'abord la multitude de talents au service de la révolution, une avant-garde militante qui renouvelle en partie la communication politique. Mais c'est aussi la montée du stalinisme et la répression politique qui fera taire ces artistes dès la fin des années 1920.
Tel est la cas de Gustav Kloutsis, peintre du courant suprématiste, créateur d'affiche à la gloire de Staline, et bien vite accusé d'appartenir à "une bande armée de terroriste lettons". Il sera finalement accusé de "crimes" et exécuté en 1938. Entre art et propagande politique, David King est devenu un expert de ce monde disparu et qui pourtant passionne à travers ces images.

David King, Sous le signe de l’étoile rouge, une histoire visuelle de l’Union soviétique, Gallimard 2009.
Voir également, un autre ouvrage de David King en français, Le commissaire disparaît, Calmann-Lévy 2005.