craigcouvEdward Gordon Craig (1872-1966) fut sans aucun l'un des grands refondateurs de l'art théâtral au début du XXe siècle. Théoricien du théâtre, Craig s'interessa très tôt au monde de la marionnette car, selon lui, l'objet marionnette était l'expression d'une effigie divine, un « modèle de l'homme en mouvement » (on connaît son fameux article « L'acteur et la sur-marionnette »,1907, dans De l'art du théâtre, éd. Lieuter, traduit en français en 1916 ; ce concept de sur-marionnette sera promis à un long avenir).
Cette grande figure du théâtre contemporain sera à l'honneur durant tout l'été.
Une sélection de 70 pièces du fonds Edward Gordon Craig de la Bibliothèque nationale de France (Richelieu) sera ainsi présentée lors d'une exposition, d'abord à Avignon en juillet à la Maison Jean Vilar, puis dans la cadre du Festival mondial des théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières en septembre 2009. L'exposition est une coproduction entre la Bibliothèque nationale de France, l'Association Jean Vilar et l'Association nationale des théâtres de marionnettes et des arts associés (THEMAA). On attend beaucoup de cette exposition, d'abord pour découvrir ou redécouvrir l'homme de théâtre qu'était Craig mais aussi pour mieux appréhender ce que représentait pour lui l'univers de la marionnette, et peut-être plus largement le monde de l'image animée. craigmario

C'est sans doute l'occasion de revenir sur quelques aspects du travail d'Edward Gordon Craig, en particulier sur celui de la création graphique. Car, sir Craig est surtout connu dans le monde du théâtre, il n'en était pas moins attaché à celui du livre. On peut ainsi revenir sur un de ses rares ouvrages graphiques, publié en 1899, et intitulé Gordon Craig’s Book of Penny Toys (Hackbridge, Surrey: Published at the Sign of the Rose; London : Sold by Lamley, 1899).

Edward Gordon Craig est, à cet époque, bien connu dans le milieu théâtral. En 1894, il a connu un grand succès grâce à son rôle dans Hamlet. C'est à cette époque (en 1893) qu'il fait la connaissance des artistes James Ferrier Pryde et William Nicholson, avec qui il découvre l'univers de l'illustration et particulièrement la gravure sur bois. En 1898, Craig commence également à publié un magazine, The Page, craigpagequ'il a édité et illustré. C'est dans la continuité de ce travail éditorial qu'il publie en 1899, le Gordon Craig’s Book of Penny Toys. Publié à 500 exemplaires, cet ouvrage est d'abord un travail de gravure, dans lequel Craig et ses amis colorent à la main les images. Mais peu de temps après, fatigué, Craig décide d'arrêter cette colorisation, parès environ 250 exemplaires. Jess Dorynne poursuivra seul ce travail fastidieux, donnant d'autres sens aux images colorées.
Il reste que dans ce livre de Craig on peut retrouver de nombreux thèmes qui feront l'avant-garde du livre d'enfant et des mouvements artistiques du début du XX° siècle. Car le jouet ici n'est pas seulement un simple objet. Il tient un rôlé, une place particulièrement dans la société, il est un personnage tout entier. Le personnage animé, fait de rien ou d'une contruction élaborée, est ici bien présent. Dans le Gordon Craig’s Book of Penny Toys on peut ainsi découvrir, de page en page, le monde d'Arlequin (tel qu'on se le représente ou, celui, plus mécanique, imaginé par Craig), l'univers de la marionnette ou encore l'imagination mécanique voire d'accumulation de l'enfance. Comme pour Pierre l'ébouriffé (dont la couverture de Craig fait ici directement référence) ces "portraits" de jouets ne sont pas si naïfs qu'ils y paraissent. L'univers de l'enfance est aussi pour Craig un monde dangereux, celui de la démultiplication des mots et des objets, celui d'une imagination débordante.

craigtoys

Voir un article sur Craig, dans Graphic Art :http://blogs.princeton.edu/graphicarts/2008/04/edward_gordon_craigs_first_pub.html
Voir une série d'images : http://www.fulltable.com/VTS/aoi/c/craig/ht.htm