steinberg2En feuilletant de nouveau le petit livre chez Delpire consacré à Saul Steinberg (collection Poche Illustrateur) on ne peut qu'être admiratif devant ce grand graphiste et l'ampleur de ce travail exigeant.
Car Saul Steinberg est aujourd'hui reconnu comme l'un des grands illustrateurs. Il a surtout su développé une intelligence graphique qui n'avait pas été réalisé avant dans la monde de l'illustration américaine. Saul Steinberg ce n'est pas seulement un dessinateur de plus, reconnu par ses pairs. On a pu voir, l'année dernière, lors d'une exposition qui lui était consacrée à la Fondation Certier-Bresson (intitulée Illuminations), toutes les facettes de son oeuvre. Steinberg peut tout à la fois se montrer poétique, caricaturiste, auteur de bandes dessinées personnelles et allier photorgaphie et dessin dans un univers quotidien. Toute sa vie, Steinberg n'a cessé d'expérimenter, de rechercher de nouvelles lignes, de créer de nouvelles ambiances.
Né en Roumanie en 1914, Saul Steinberg, après étudié la philosophie, fut l'antisémintisme pour l'Italie, où il obtient son diplôme d'architecte et commence a publié quelques dessins satiriques. Fuyant la politique de Mussolini, il émigre aux Etats-Unis où ses dessins sont déjà parus dans le New Yorker. Steinberg sera l'une des grandes plumes du magazine, auteur d'une centaine de couvertures et de milliers de dessins. Il incarne durant près de soixante ans l'esprit graphique du magazine, croquant avec humour et dérision les petits travers de la vie américaine sous tous ses angles.
steinberg
Mais Saul Steinberg est un touche à touche, s'essayant autant au collage qu'à la sculpture, ce dès sa première exposition
personnelle à New-York en 1943. En France, son travail artistique sera présenté à plusieurs reprise à la galerie Maeght.
Pour Saul Steinberg, entre ironie et affection, la composition graphique a autant valeur de témoignage que de création littéraire. Jusqu'à sa disparition en 1999, à l'image d'un André François en France, Steinberg se veut un révélateur du monde, "un écrivain qui dessine" comme il se plaisait à le dire. Comme l'écrira Roland Barthes, "Steinberg n'a cessé de nous dépayser, d'enlever les signes culturels de leur patrie, il ne détruit pas la culture, il la subvertit". Et on peut déplorer qu'en France Steinberg n'ai pas obtenu une place plus importante, particulièrement dans l'édition graphique ou même dans l'édition jeunesse.
Le site de la fondation Saul Steinberg : http://www.saulsteinbergfoundation.org/