Une petite surprise et un petit ouvrage très intéressant. Il date probablement des années 1880 (1882 ?), toujours publié par Marcus Ward and Company (dont j'avais parlé à propos de London Town), sur des illustrations Thomas Crane et Ellen Houghton. Il s'intitule Abroad. Il retrace le voyage d'une famille anglaise à travers la France pour finir par la découverte de Paris et revenir par Calais. Une excursion toute victorienne, sous des regards d'enfants, parsemé dans l'ouvrage de nombreux signes, tant médiévaux qu'art-déco.

craneaboardcover

Comme au hublot d'un bateau, la couverture est une invitation au voyage, renforcée par la présence des hirondelles et des cordages. Le nom de l'éditeur est ici peu présent, alors que les auteurs sont parfaitement signalés. A signaler également la posture des personnages. Les enfants, au premier plan, sont habillés dans un costume particulier, prêts pour un grand voyage. Au second plan, la femme et l'enfant, ainsi que de l'autre côté, les bagages, comme souvenir de la maison. Au fond, les hommes, bavardant, regardant le paysage, comme éloignés du monde familiale (on retrouvera cette disposition durant tout le livre)

craneaboardcov2

A l'intérieur, après un court poème pour souhaiter bon voyage, une couverture intérieure, plus conventionnelle (titre en haut, auteurs inscrits à mi-hauteur, éditeur en bas de page). C'est le grand départ pour la Normandie et pour Paris, près à partir en train, avant de rejoindre Boulogne en bateau. Les personnages sont ici plus nombreux que sur la première couverture (une fillette plus âgée est présente, la mère est doémrais encadrée par les enfants, on saura ensuite que c'est Miss Earle, l'enseignante des enfants). A noter également l'architecture de la gare et le style des panneaux (faisant sans doute plus référence à une gare anglaise de l'époque)

craneaboard

Après le voyage, les enfants passent une nuit à l'hôtel. Au réveil, ils se précipitent par la fenêtre et observent leur environnement. On peut ici apprécier toute le composition de cette image, entre scène de genre et éléments intérieurs.

craneaboard2

Arrivée à Rouen et visite de l'église Saint-Ouen (avec naturellement une référence à Jeanne d'Arc). Les habits sont plus sombres, le garçon (bon gentlemen) a enlevé son chapeau avant de rentrer dans l'église, les filles (au premier plan) font acte de charité. Le personnage du mendiant est déssiné de manière plus lache, ses habits sont frippés, à partir de la ceinture les couleurs sont réhaussées de noir. On voit, dans cette image, toute la symbolique de l'éducation de cette époque. Ce type est ensuite renforcé avec la visite la crèche tenue par les Soeurs (avec déjeuner et apprentissage de la lecture)

craneaboard3

Arrivée à Caen dans la soirée. La description du paysage normand est très précise. Nous sommes ici tout autant dans la scène de genre que dans la description d'un univers campagnard (presque exotique pour des enfants venus de la ville). On insiste sur les animaux (les vaches) et la nourriture (la lait et la chocolat). Dans toutes ces descriptions, les enfants disparaissent des images. Reste, ici, une scène d'intérieur, presque d'un autre temps (même dans les années 1880) où les animaux (le lapin) vivent avec les hommes, où les petites filles travaillent la broderie avec les adultes (en famille, on voit ici presque quatre générations).

craneaboard4

Arrivée à Paris et retrouvailles avec le père des enfants. Dans les premières images de Paris, on trouve ici surtout une description des lieux de loisirs (café, parc, manège, et marionnettes). A noter que tous les enfants assis (et donc qui assistent au spectacle) portent des chapeaux. En revanche, les enfants debout le long de la barrière sont décoiffés (une belle description du partage social...). On notera également la présence d'un militaire (réminissence ou préparation de la guerre). Enfin, on peut signaler que les marionnettes sont dessinées à grands traits ; cette imprécision semble voulue, mélangeant facilement le Guignol français et la Punch anglais.

craneaboard5

La visite de Paris se poursuit au musée de Cluny (autre référence au Moyen-Age) et au Jardin d'Acclimatation. Puis une journée à Versailles (où on ne découvre que le parc et non le château) et retour à Paris, avec une scène devant le fontaine de Innocents. Les enfants se promènent ensuite sur les boulevards et aux Halles (image ci-dessus). A remarquer ici les blouses des petits français, ainsi que leurs jeux (avec le crabe et le chat, pas si innocents que cela) alors que la petite fille anglaise tient sa poupée contre elle.

craneaboard7

Après un passage par Calais, retour à Londres, avec cette vision de la Tamise et (presque naturellement) le dôme de Saint-Paul.
Il y aurait certainement beaucoup encore à dire sur cet ouvrage qui est certes un livre pour enfant de luxe, mais qui montre une certaine vision de l'éducation bourgeoise à la fin du XIX° siècle. Il faudrait également s'interroger sur la conception du voyage pour ces enfants de bonne famille, mais aussi sur les différentes images véhiculées auprès des enfants d'un pays étranger.